Coronavirus: Surmortalité provoquée par la prise de paracétamol?

Le coronavirus est suffisamment puissant pour provoquer seul la mort, notamment des personnes les plus fragiles. On peut se demander cependant si la prise de paracétamol en cas d’infection par le coronavirus n’a pas aggravé l’évolution de la maladie. En effet le paracétamol qui n’a pas d’activité antivirale est connu pour réduire la production d’anticorps par l’organisme lors des vaccinations. Il ne serait donc pas surprenant qu’il puisse fragiliser les organismes et augmenter le risque de mortalité.

On dispose aujourd’hui, du fait des préconisations du ministère de la santé, sans doute de plus de malades ayant pris du paracétamol à une ou plusieurs reprises (doses à préciser) que de malades ayant laissé la maladie évoluer sans prendre de paracétamol, avant de décéder. Le rôle spécifique du paracétamol sur la mortalité sera peut-être difficile à évaluer en raison d’intrication d’autres paramètres mais, dans les circonstances actuelles, il serait utile de savoir  rapidement s’il est préférable de prendre du paracétamol ou de s’en passer en laissant la fièvre suivre son cours et nous protéger.

C’est ce dernier choix que je préconise.

Je résume:

  • En France, la dangerosité actuelle du coronavirus serait-elle liée à la prise concomitante de paracétamol? Est-ce aussi le cas en Italie?
  • Les laboratoires pharmaceutiques qui vendent du paracétamol à tour de bras ont-ils envisagé cette éventualité?

Voir les articles précédents sur ce sujet.

Un commentaire concernant “Coronavirus: Surmortalité provoquée par la prise de paracétamol?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *