Faible intérêt des bêta-bloqueurs après infarctus du myocarde

Un article paru dans Journal of  American College of Cardiology le 26 septembre 2017 compare la survie après infarctus aigu du myocarde chez des personnes de plus de 65 ans selon le traitement mis en place : inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine,  IEC, ou antagonistes des récepteurs de l’angiotensine, ARA, statines, bêta-bloqueurs.

Les résultats :

  • la prise d’un médicament de l’une des 3 classes a fait mieux que l’absence de prise de médicaments
  • la prise d’un bêta-bloqueur en plus d’un IEC ou d’un ARA + statine n’a pas amélioré les résultats.

Cette étude jette un doute sur l’intérêt d’ajouter un bêta-bloqueur chez  une personne traitée en post infarctus par un IEC ou un ARA + statine .

 

 

2 commentaires on “Faible intérêt des bêta-bloqueurs après infarctus du myocarde

  1. Depuis les 40 dernières années, Je lis tout et le contraire sur les béta bloquants. A titre personnel, Médecin et cardiopathe, j’en prends……

  2. Chez les patients ayant en post infarctus une FEVG conservée.la prise dl’antagonisme de l’angiotensine IEC ou Sartan ne fait pas mieux qu’un placebo ( peace et d’autres essais). Quant aux betabloquants,dans les essais contrôlés randomises des années 80 90,seuls les liposolubles réduisaient la mortalité. Ces essais ne couvraient qu’une période de 2 ans et surtout la prise en charge initiale était moins efficace. Ceci peut expliquer les données observationnelles actuelles qui semblent contredire les résultats des essais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *