Régime alimentaire, sucres ou graisses, et mortalité

Une étude internationale publiée dans le Lancet on line first le 29 août 2017 consacrée à l’étude de l’influence de l’alimentation en glucides et en lipides sur la santé, mortalité totale, mortalité cardiovasculaire, a été menée sur plus de 130 000 individus âgés de 35 à 70 ans de 18 pays différents, étude PURE. Les individus ont été classés en 5 catégories, quintiles, de ceux qui consommaient le moins à ceux qui consommaient le plus de glucides et de graisses, estimés en apport calorique.

Les résultats ont été les suivants:

  • pour les glucides, le risque de mortalité globale a été plus élevé, + 28 %, chez ceux qui consommaient le plus de glucides sans que la mortalité d’origine cardiovasculaire soit changée
  • pour les lipides, le risque de mortalité globale a été réduit de 20 à 30 % chez ceux qui consommaient le plus de lipides qu’il s’agisse de lipides totaux, de graisses saturées, monoinsaturées ou polyinsaturées, sans modification du risque cardiovasculaire. 

Une étude parallèle à la précédente, PURE, également publiée dans le Lancet du 29 août 2017 consacrée à l’étude de l’influence de l’apport de fruits, légumes et légumineuses sur la santé. Cette étude confirme que la consommation de 3 à 4 portions de fruits et légumes par jour réduit le risque de mortalité globale d’environ 20 %.

Le rôle bénéfique du régime méditerranéen résulte t-il de l’apport de fruits et légumes plus que la réduction de l’apport de graisses saturées?

En pratique suffirait-il d’éviter les graisses insaturées trans?

A votre réflexion! 

 

 

Un commentaire concernant “Régime alimentaire, sucres ou graisses, et mortalité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *