Valbénazine et dyskinésies tardives

La valbénazine, analogue de la tétrabénazine, est un produit en cours d’étude.

L’American Journal of Psychiatry publie, online le 21 mars 2017, les résultats d’un essai thérapeutique, phase 3, de la valbénazine dans le traitement des dyskénésies tardives induites par les neuroleptiques ou antipsychotiques. La valbénazine, à la dose de 80 mg par jour, a réduit l’importance des dyskinésies, attribuées à une hypersensibilité de certains récepteurs de la dopamine. La valbénazine, en inhibant le transporteur de type 2 de monoamines, appelé VMAT2, Vesicular Monoamine transporter 2, entraîne une déplétion du cerveau en monoamines, dont la dopamine.

La tétrabénazine est commercialisée sous le nom de Xénapine*, voir son RCP et la note de Pharmacorama.

Pour dyskinésies tardives, voir ici.

Un commentaire concernant “Valbénazine et dyskinésies tardives

  1. Bonjour,
    Est-ce que ce traitement sera prochainement proposé en France ?
    Y a-t-il des effets secondaires connus ?
    Merci
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.