Acides gras saturés pas plus mauvais que les acides polyinsaturés type acide linoléique?

Les auteurs d’un article publié dans le BMJ en avril 2016 ont repris les résultats d’études menées il y a plus de 40 ans mais qui n’ont pas été publies et les ont complétées par une méta-analyse de données récentes concernant les effets à long terme d’une alimentation riche en acides gras saturées ou en acides gras polyinsaturés type acide linoléique. Ils ont abouti à la conclusion suivante:

Le remplacement d’une alimentation riche en acides gras saturés, d’origine animale, par une alimentation riche an acides gras insaturés, riche notamment en acide linoléique, 18:2 oméga 6, d’origine végétale, entraîne un abaissement de la cholestérolémie d’environ 14 %. Mais ce remplacement, bien qu’abaissant le cholestérol, ne réduit pas la mortalité globale, mai tend à l’augmenter..

Cette conclusion, contraire à ce que l’on répète habituellement, concerne les huiles riches en oméga-6 mais pas les huiles riches en oméga-3, huile de poissons, et ou en acide oléique, acide gras mono-insaturé, huile d’olive, à effet bénéfique. Voir ce commentaire.

Pour compliquer les choses, rappelons qu’une méta-analyse publiée dans le JNCI en aout 2013 avait conclu qu’une teneur élevée en acides gras oméga-3 augmentait le risque de cancer de la prostate alors qu’une teneur élevée en acides gras oméga-6 diminuait ce risque.

Rappelons aussi qu’une méta-analyse moyenne des résultats parfois contradictoires et qu’un effet, même statistiquement significatif, ce n’est pas une vérité absolue, d’autres études peuvent venir le contredire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *