Récepteurs NMDA et troubles psychotiques

Il y a dans Pharmacorama des informations concernant les récepteurs NMDA, N-méthyl-D-aspartate. Ce sont des récepteurs du glutamate dont l’activité est dépendante de la présence de glycine et de D-sérine qui sont des co-agonistes.

Un article paru dans JAMA Neurology en septembre 2013 attire l’attention sur le rôle des récepteurs NMDA dans l’apparition de troubles psychotiques. Une symptomatologie psychiatrique à type de schizophrénie (hallucinations, troubles maniaques) observée au cours de certaines encéphalites peut être due à la présence d’anticorps anti-récepteurs N-méthyl-D-aspartate, NMDA. Ce type de troubles peut être amélioré ou guéri par immunothérapie. Voir aussi cet article.

Chez les schizophrènes, il y a un hyperfonctionnement dopaminergique que l’on réduit par les neuroleptiques et aussi un hypofonctionnement NMDA. Une stimulation des récepteurs NMDA peut réduire les troubles psychotiques. En agissant sur les co-agonistes on peut obtenir une stimulation NMDA. Le benzoate de sodium en inhibant le catabolisme de la D-sérine augmente le fonctionnement NMDA et réduit les symptômes psychiatriques. Voir cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *