Traitement de la préhypertension artérielle par un inhibiteur des récepteurs de l’angiotensine 2

La préhypertension artérielle, appelée auparavant hypertension artérielle limite ou boderline, est une situation qui se rencontre fréquemment en pratique et on hésite souvent, en dehors des conseils hygiénodiététiques, à la traiter par des médicaments.

Un article du NEJM du 20 avril 2006-04-19, Feasibility of Treating Prehypertension with an Angiotensin-Receptor Blocker, compare l’effet du candésartan, à la dose de 16 mg par jour pendant 2 ans à celui du placebo.

Dans cette étude la préhypertension artérielle était définie par une systolique allant de 130 à 139 mm de Hg avec une diastolique égale ou inférieure à 89 mm de Hg, ou encore par une systolique égale ou inférieure à139 mm de Hg avec une diastolique comprise entre 85 et 89 mm Hg.

Le développement d’une hypertension artérielle véritable a été réduit de 66% dans le groupe candésartan par rapport au groupe placebo pendant les 2 années du traitement. De plus, pendant les 2 années qui ont suivi l’arrêt du candésartan, il y a eu dans le groupe candésartan 16 % de moins d’hypertension artérielle que dans le groupe placebo. Par ailleurs il y a eu moins d’effets indésirables notables dans le groupe candésartan que dans le groupe placebo.

Cette étude montre que le candésartan à la dose de 16 mg par jour (Atacand*, Kenzen*, présentés sous forme de comprimés à 16, 8 ou 4 mg ; mais dans leur RCP la dose journalière recommandée est de 8 mg) paraît une bonne solution pour traiter une hypertension artérielle limite. Un autre inhibiteur des récepteurs de l’angiotensine II aurait peut-être donné des résultats similaires ?

Pour en savoir plus sur les antagonistes de l’angiotensine II, voir Antagonistes de l’angiotensine II.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *