Possibilité de porter plainte contre l’industrie pharmaceutique pour dissimulation du danger du paracétamol lors des infections

Je remercie vivement  tous ceux qui ont apporté leur concours à Pharmacorama en montrant le rôle protecteur de la fièvre lors des infections. La suppression de la fièvre par un antipyrétique est un facteur d’aggravation de la maladie.

Pour ma part j’ai insisté à maintes reprises sur une publication démontrant clairement que le paracétamol diminue la formation des anticorps lors des vaccinations et naturellement lors des infections, ce qui fragilise l’organisme, aggrave l’évolution de la maladie et augmente le risque de mortalité.

Cependant, à ma connaissance, aucune information mettant en garde contre l’utilisation du paracétamol dans les infections virales fébriles n’existe ni dans le RCP ni dans les notices. Au contraire même, l’usage du paracétamol est prôné par l’ANSM en cas de Covid-19, voir note du 17/03/2020!

Il s’agit d’une dissimulation volontaire de la part de l’industrie pharmaceutique  pour promouvoir la vente de paracétamol (comme s’il ne s’en vendait pas déjà assez!) et de la part de l’ANSM d’un péché par ignorance coupable. Ni l’industrie pharmaceutique ni le Ministère de la Santé ne pouvaient ignorer les faits que nous avons rappelés précédemment. La moindre des choses eut été d’attendre les résultats d’une étude clinique (qui n’a même pas été mise en route) comparant l’évolution de la maladie, grippe et infection à Covid-19, avec paracétamol  contre placebo.

Dans ces conditions, les familles dans lesquelles un malade est décédé de covid-19 et qui a pris par ailleurs de sa propre initiative ou sur prescription médicale de fortes doses de paracétamol, sont en droit de soulever la responsabilité de l’industrie pharmaceutique, en particulier les laboratoires vendant du paracétamol dont Sanofi, pour dissimulation d’information concernant l’usage du paracétamol lors des infections grippales et l’ANSM pour la promotion d’un médicament non validé dans l’indication attribuée.

Professeur Pierre Allain, retraité

7 commentaires on “Possibilité de porter plainte contre l’industrie pharmaceutique pour dissimulation du danger du paracétamol lors des infections

  1. On sait depuis longtemps que le traitement de la fièvre dans la poliomyélite favorise le risque de paralysie . Les méfaits de l’utilisation des antipyrétiques sont connus depuis longtemps, mais aucun organisme scientifique n’a jamais promu d’essai contrôlé randomisé dans cette indication .

  2. Bonjour Professeur,
    il n’y a actuellement pas d’étude qui indiquerait une surmortalité de la Covid-19 associée à la prise de paracétamol. Une surmortalité aux infections virales a été démontrée chez les mammifères (risque *1,34). D’autres études confirment le rôle délétère des antipyrétiques sur les infections virales chez l’homme, voir cet article sur le site hygiologie.org: http://hygiologie.org/la-lutte-contre-la-fievre-est-nefaste-dans-la-phase-precoce-de-covid-19/
    En revanche, il faut effectivement insister pour une étude RCT sur les patients Covid19 en phase précoce pour tester l’effet du paracétamol, une pétition?
    Bien confraternellement

  3. Sur le site REINFOCOVID on trouve un onglet intitulé S’organiser/collectifs amis . Là vous trouverez peut-etre des associations qui accepteraient de relayer une éventuelle pétition ; reste la voie plus formelle, celle du rapport de force judiciaire via https://noublionsrien.fr/?s=1

    https://www.reinfocovid.fr/

    En attendant de lire la réponse positive de l’un de ces collectifs, organisme à vos sollicitations …

    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *