Lithium ou valproate dans la prévention du risque de suicide

Une étude prospective publiée dans American Journal of Psychiatry du 9 juin 2017, menée en Suède sur plus de 50000 personnes présentant des troubles bipolaires, montre que le lithium réduit le risque de suicide  mais que le valproate ne le fait pas. Les auteurs estiment que 12 % des événements suicidaires seraient évités par la prise de lithium.   

Un article publié dans JAMA Psychiatry en juin 2016 montre que le risque d’automutilation, d’accidents et de suicide chez les bipolaires est nettement réduit chez ceux qui sont traités par le lithium comparativement à ceux qui sont traités par le valproate, l’olanzapine ou la quétiapine. Les auteurs ont  conclu que le lithium, en plus de stabiliser l’humeur, réduit l’agressivité impulsive.

Rappel et mise à jour le 6 juillet 2017 : le valproate est désormais, juillet 2017, contre-indiqué dans le traitement des troubles bipolaires chez les femmes en âge de procréer et sans contraception efficace, voir la note de l’ANSM.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *