La fièvre un moyen de défense naturelle, à ne pas décapiter par le paracétamol

Une lettre d’Alan W Fowler, publiée dans le BMJ du 31 décembre 2009, attire l’attention sur le fait que la fièvre peut avoir un effet bénéfique dans les infections virales et que son abaissement provoqué par un antipyrétique peut les aggraver. Il considère qu’une température à 40°C pendant au moins 24 heures aurait un effet bénéfique en cas de grippe.

Il n’y a aucune étude clinique démontrant les effets bénéfiques de la fièvre mais il n’y a non plus aucune étude démontrant que la prise de paracétamol comparativement à un placebo, au cours d’une infection virale avec fièvre, a plus d’effets bénéfiques que d’effets indésirables.

La question n’est pas de savoir s’il faut préférer le paracétamol à l’ibuprofène en cas de fièvre d’origine infectieuse mais si l’on doit éviter l’un et l’autre.

Je renvoie au précédent article « Pédale douce sur le paracétamol »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *