Zinc – Utilisation

On prescrit le zinc pour traiter une déficience et pour ses effets pharmacologiques.

  1. Traitement et prévention des déficiences
    Il n’y a pas de déficience en zinc chez un sujet normal ayant une alimentation variée mais elle peut exister chez les personnes âgées, chez les alcooliques et chez les malades présentant des troubles digestifs. Dans ces cas, un essai de supplémentation par l’apport de 10 à 15 mg/j de zinc peut être conseillé.
    En cas de nutrition parentérale prolongée, une supplémentation en zinc est indispensable.
    Dans l’Acrodermatitis enteropathica, le zinc, compte tenu de sa malabsorption, doit être administré à dose plus élevée qu’habituellement, de l’ordre de 100 mg/j.
  2. Effets pharmacologiques
    • Dans le traitement de l’acné, l’action bénéfique du zinc résulterait de son effet de type anti-inflammatoire.
    • Dans le traitement de l’intoxication saturnine, il constitue un traitement d’appoint en antagonisant certains effets du plomb.
    • Dans le traitement de certaines déficiences immunitaires, il pourrait avoir un effet favorable.
    • Dans la maladie de Wilson, il constitue le traitement essentiel. En association ou non avec la pénicillamine ou la trientine, il antagonise les effets du cuivre en excès.
    • Dans le traitement des plaies atones, il est utilisé en application locale.
    • Il pourrait réduire les manifestations du rhume.

Le zinc s’administre par voie orale, de préférence en dehors des repas pour assurer une meilleure biodisponibilité.

 

Zinc gluconate

RUBOZINC* Gélules 15 mg
ZINC INJECTABLE Aguettant*

Zinc acetate WILZIN* Gélules à 25 et 50 mg

Il existe aussi des préparations dermatologiques.

 

Oxyde de zinc

OXYPLASTINE* Pommade
ALOPLASTINE* Pâte à l’eau

Utilisé à doses modérées et d’une manière discontinue, le zinc semble avoir peu d’effets indésirables, mais à doses élevées il donne divers troubles digestifs, et en utilisation prolongée à doses élevées, il peut provoquer une déficience en cuivre.