Béryllium, Be

Le béryllium, Be, est un élément très léger, de masse atomique 9, de structure électronique 1s22s2. Il appartient au groupe IIA de la classification périodique des éléments comme le magnésium et le calcium.

L’ion béryllium Be2+ a un rayon ionique de 0,35 A° et le rapport charge (+2) sur rayon (0,35) est supérieur à 6, ce qui en fait un ion extrèmement polarisant. Les principales propriétés du béryllium découlent de cet effet polarisant très puissant. Voir Généralités Métaux.

Le béryllium sous forme d’oxyde a été découvert par Vauquelin en 1798.

Présence 

Le béryllium est présent dans le béryl ou béril qui est un silicate d’aluminium et de béryllium [Be3 Al2 (SiO3)6]. L’émeraude, pierre précieuse, est une forme de béril.  

Le béryllium est utilisé dans la fabrication de matériaux résistants comme les freins d’avions, les missiles. Il a diverses applications militaires.  

Le béryllium est transparent aux rayons X et est utilisé pour fabriquer les fenêtres placées sur les sources de rayon X. 

Il est utilisé dans l’industrie nucléaire .

Toxicocinétique 

Le béryllium sous forme de Be2+ n’est guère aborbé par le tube digestif. En raison de son très faible rayon et de sa charge élevée, il interagit avec les sites nucléophiles des molécules organiques. Il peut réagir avec diverses protéines physiologiques et modifier leur structure pour les rendre immunogènes. Il altère le DNA et est carcinogène.  

Toxicité 

La toxicité du béryllium s’observe surtout après inhalation de poussières de béryllium.

Une intoxication aigue par inhalation de courte durée se traduit par des douleurs pharyngées, des brûlures ré t rostermales, de la toux, une dyspnée, pouvant être suivis d’un oedème pulmonaire et d’une insuffisance respiratoire aigue (hypoxie, cyanose, tachycardie). 

Une intoxication chronique par le béryllium, notamment Be0, entraine une pneumoconiose appelée bérylliose qui a été initialement décrite chez les ouvriers fabricant des lampes fluorescentes. La maladie s’appelle aussi granulomatose pulmonaire car à l’autopsie on trouve des granulomes formés par des leucocytes . Cliniquement la maladie se traduit par une insuffisance respiratoire progressive accompagné de signes généraux non spécifiques : fatigue, anorexie. Un test de transformation lymphoblastique positif au béryllium est faveur de la responsabilité du béryllium dans la symptomatologie. 

Il n’y a pas d’antidote efficace contre le béryllium. Compte-tenu de sa toxicité, des mesures préventives rigoureuses doivent être prises.