Modificateurs du métabolisme de l’histamine

Certains médicaments et certaines substances peuvent modifier la synthèse ou la libération d’histamine.

Inhibiteur de la synthèse

La tritoqualine est un inhibiteur de l’histidine décarboxylase, antérieurement commercialisée sous le nom d’Hpostamine mais, comme elle est peu efficace, il fallait l’utiliser à une posologie élevée, 2 à 10 comprimés à 100 mg par jour. Elle n’est plus commercialisée.

Inhibiteurs de la libération

Par des mécanismes pas toujours bien précisés, mais qui font intervenir une stabilisation membranaire par inhibition de la pénétration de Ca2+, certains médicaments inhibent la libération d’histamine ainsi que celle de diverses autres substances, sérotonine, prostaglandines, leucotriènes etc, parfois désignées sous le terme d’autacoïdes, et sont largement utilisées en thérapeutique.

Cromoglycate : Le premier produit efficace dans ce domaine, et sans doute le plus utilisé, est le cromoglycate. Sa découverte est due à un hasard heureux, car lors d’essais d’antipasmodiques, il est apparu qu’il prévenait le bronchospasme chez l’animal. Le cromoglycate n’est pratiquement pas absorbé par voie digestive et s’administre par voie locale, bronchique, nasale, oculaire et digestive (il agit sur les muqueuses digestives sans être absorbé). Les diverses présentations de cromoglycate correspondent à des indications spécifiques, la plus importante étant la prévention des crises d’asthme.  Le cromoglycate a peu d’effets indésirables. On a signalé des irritations bronchiques et parfois une éosinophilie.

Cromoglycate

LOMUDAL* S, Nébul
LOMUSOL* Sol nasale
OPTICRON* Collyre
NALCRON* Amp buvable

 Kétotifène Inhibiteur de la libération d’autacoïdes, le kétotifène, Zaditen*, est aussi antihistaminique H1 et a un effet anti-PAF (platelet activating factor). Contrairement au cromoglycate, il est absorbé par le tube digestif et a donc des effets généraux. Il est utilisé dans le traitement prophylactique de l’asthme. Ses principaux effets secondaires sont la somnolence, une sécheresse buccale, des vertiges et des troubles digestifs.

Activateurs de la libération au niveau du cerveau

L’histamine, en activant les récepteurs H3 présynaptiques réduit la libération d’histamine. Le blocage des récepteurs H3, entraîne une augmentation de la libération d’histamine. Le pitolisant antagoniste/agoniste inverse qui pénètre dans le cerveau augmente la libération d’histamine et favorise l’éveil. C’est un stimulant de la vigilance, indiqué dans le traitement de la narcolepsie avec ou sans cataplexie, il réduit les épisodes de somnolence et des chutes de tonus musculaire. Il peut provoquer divers effets indésirables, notamment de type neuropsychiatrique.

Un autre médicament utilisé dans le traitement de la narcolepsie est le modafinil, Modiodal*, qui agit par un mécanisme différent de celui du pitolisant.

Pitolisant WAKIX*, Cp

Remarque :

Certains médicaments peuvent, dans certaines circonstances, provoquer comme effet indésirable une libération périphérique excessive d’histamine. Ce sont pour l’essentiel l’atropine, la morphine, le dextran, la polyvinylpyrrolidone et les curarisants. D’autres substances (divers polypeptides basiques, des venins) le font également.