Eicosanoïdes

Sont classés sous le terme de eicosanoïdes, les prostaglandines, la prostacycline, les thromboxanes, les leucotriènes et les lipoxines.

Il s’agit pour la majorité d’entre eux de dérivés de l’acide arachidonique ou eicosatétraénoïque qui comporte 20 atomes de carbone (eicosa signifie vingt), 4 doubles liaisons, la première étant placée en w6 par rapport au groupe méthyl terminal. L’acide dihomolinolénique appelé aussi eicosatriénoïque et l’acide eicosapenténoïque qui est présent dans l’huile de poisson peuvent également être à l’origine de certaines prostaglandines.

Le terme PG désigne une prostaglandine, les lettres majuscules E, F, I, H etc., dépendent de substituants fixés au cycle cyclopentanique et le chiffre qui suit désigne le nombre de doubles liaisons présentes au niveau des deux chaînes fixées au cycle. Les lettres a et ß caractérisent les isomères.

Les thromboxanes, TX,comportent un cycle oxane, cycle cyclohexanique où un atome de carbone serait remplacé par un atome d’oxygène. Les lettres A, B, dépendent des substituants fixés au cycle. Les chiffres indiquent le nombre de doubles liaisons présentes dans les deux chaînes aliphatiques.

Le terme leucotriènes, LT, indique qu’elles ont été trouvées initialement dans les leucocytes et que, chimiquement, elles comportent trois doubles liaisons séparées par une liaison simple. Elles ne comportent pas de cycle.