Inhibiteur de la dihydroorotate déhydrogénase

La dihydroorotate déhydrogénase est une enzyme mitochondriale qui permet la transformation du dihydroorotate en orotate, étape nécessaire à la biosynthèse d’uridine monophosphate (UMP).

Rôle de la dihydroororate déhydrogénase

Le léflunomide, par ouverture de son cycle isoxazole, est transformé en un métabolite actif qui inhibe la dihydrofolate déhydrogénase et la synthèse d’UMP. Le déficit en UMP active l’expression de la protéine P53 qui conduit à l’arrêt de la division cellulaire. Le léflunomide touche particulièrement les lymphocytes activés et peu les lymphocytes quiescents. In vitro l’activité du léflunomide est antagonisée par l’apport d’uridine. L’élimination du principal métabolite actif du léflunomide est lente, sa demi-vie étant de l’ordre de 2 semaines ; il reste donc présent dans l’organisme longtemps après l’arrêt de l’administration et peut être à l’origine d’interactions médicamenteuses. Il est indiqué dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde active et du rhumatisme psoriasique actif. Parmi ses nombreux effets indésirables, on peut souligner sa toxicité hépatique.

Léflunomide

ARAVA*, Cp à 10, 20 et 100 mg

Biotransformation du léflunomide