Thérapeutique

Critères de choix d’un médicament


La thérapeutique étudie l’ensemble des moyens médicamenteux et non médicamenteux utilisés pour traiter les maladies. Seuls les moyens médicamenteux sont détaillés ici. Pour une indication donnée, il y a en général deux ou trois groupes de médicaments ayant des mécanismes d’action différents et dans chacun de ces groupes on trouve plusieurs spécialités pharmaceutiques.

Choisir à bon escient dans une indication donnée le « meilleur » médicament parmi un grand nombre est une tâche difficile. Dire qu’il faut prescrire le médicament le plus efficace et le mieux toléré en ajoutant : « primum non nocere » est une banalité, personne ne prétendrait le contraire. La difficulté est de savoir comment faire pour se rapprocher de cet objectif. Le traitement prescrit doit être conforme aux données à caractère scientifique provenant d’études menées selon une méthodologie rigoureuse ou simplement conforme aux habitudes de prescription devenues «  consensuelles » à un moment donné.

Il n’y a pas de schéma de décision unique et unanimement reconnu en matière de prescription de médicaments. Les deux choses essentielles sont connaître le malade (ce n’est pas l’objet de cet ouvrage) et connaître le médicament que l’on prescrit. Pour cela il faut avoir acquis une formation générale en pharmacologie, et avoir pris connaissance du « Résumé des Caractéristiques du Produit » ou RCP des médicaments que l’on prescrit.

Le RCP est un document officiel, appelé aussi  » mentions légales », proposé par le laboratoire pharmaceutique pour chacune de ses spécialités mais dont la rédaction finale est contrôlée par l’AFSSAPS. Ce document contient un certain nombre de données telles que : dénomination commerciale et internationale, indications, posologie, contre-indications, effets indésirables, pharmacocinétique, pharmacodynamie.

L’AFSSAPS a publié d’une manière irrégulière des documents concernant certaines classes de médicaments et a introduit les notions de SMR, « service médical rendu », et ASMR, « amélioration du service médical rendu », qui consistent à classer les médicaments selon six niveaux allant par ordre d’intérêt décroissant de I, « progrès thérapeutique majeur » à V, « absence d’amélioration » et VI, « avis défavorable ». Les notions de SMR et d’ASMR ne sont pas connues sur le plan international.

L’industrie pharmaceutique, par de nombreux moyens dont les délégués médicaux, joue un rôle important dans l’information des médecins et du public en matière de médicaments. L’industrie pharmaceutique est à l’origine de la découverte des nouveaux médicaments mais elle peut parfois mettre un peu trop en avant les avantages de ses produits par rapport à leurs inconvénients. L’information médicale transmise par l’industrie pharmaceutique sera d’autant plus objective que les médecins auront acquis la capacité de l’évaluer.

Nous donnons ici, sous forme de fiches thérapeutiques, les principales classes de médicaments que l’on utilise dans le traitement des maladies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *