Marre de la pub sur Pharmacorama?
Sommaire

 English version 


Magazine  Nouveautés

Nouveaux médicaments
Pub



Histamine



L'histamine est un médiateur qui intervient dans la sécrétion gastrique, la régulation de la vigilance et certaines manifestations allergiques.

Métabolisme

Biogenèse

L'histamine provient de la décarboxylation de la L-histidine sous l'influence de la L-histidine décarboxylase, enzyme inductible dont l'activité est inhibée par la tritoqualine. Mais l'histidine est à l'origine de substances autres que l'histamine.

La prise d'histidine par voie buccale pourrait réduire l'appétit.

Distribution

À l'état normal, on trouve l'histamine dans tous les tissus des mammifères, les plus riches étant le poumon, le foie et la peau. Dans les tissus, l'histamine se trouve surtout dans les mastocytes (cellules dont le cytoplasme contient de nombreuses granulations basophiles), liée à des substances acides comme l'héparine. Son turn-over y est lent : après déplétion, il faut plusieurs semaines pour le retour au niveau initial. Le cerveau, en particulier l'hypothalamus, contient aussi de l'histamine dont les concentrations varient au cours du nycthémère.

La concentration d'histamine dans le plasma est inférieure à 1 microgramme par litre par litre mais elle peut être plus élevée chez les asthmatiques. La concentration sanguine est de 10 à 100 microgrammes par litre, elle est localisée essentiellement dans les basophiles. Sa concentration s'élève au cours des leucémies myéloïdes chroniques et chez les ulcéreux.

Dans la cellule gastrique et le système nerveux, le renouvellement de l'histamine est rapide car elle est libérée continuellement.

Libération

  • À la périphérie :
    Des cellules comme les basophiles et les mastocytes peuvent libérer beaucoup d'histamine lors des réactions antigène-anticorps et sous l'influence de médicaments ou de produits toxiques. Les cellules de type entérochromaffine de l'estomac libèrent de l'histamine lorsqu'elles sont stimulées par la gastrine.
  • Au niveau du système nerveux central :
    La régulation de la libération d'histamine au niveau des synapses du système nerveux central est mal connue, mais on sait que l'activation des récepteurs H1 présynaptiques l'inhibe.

Catabolisme

L'histamine libérée hors de la cellule subit une inactivation par transformations biochimiques, soit par désamination oxydative sous l'effet de la diamine oxydase, soit par N-méthylation sous l'effet de la N-méthyl transférase. Une partie de l'histamine libérée dans la circulation sanguine se fixe sur les globulines plasmatiques.

Effets et récepteurs

Il existe au moins deux types de récepteurs histaminiques postsynaptiques appelés H1 et H2, des récepteurs H3 surtout présynaptiques, présents notamment dans le cerveau, et des récepteurs H4 décrits plus récemment. Le rôle des récepteurs H1 et H2 est le mieux connu.

Effets H1

La stimulation des récepteurs H1 entraîne :

  1. la contraction des fibres lisses, notamment bronchiques et digestives, par l'intermédiaire des protéines G qui activent la phospholipase C, conduisant à une augmentation du Ca2+ intracellulaire. Un aérosol contenant de l'histamine déclenche une bronchoconstriction, mais le rôle de l'histamine dans la physiopathologie de l'asthme n'est pourtant pas déterminant.
  2. une vasodilatation capillaire, sans doute par libération de monoxyde d'azote. Cette vasodilatation est à l'origine de la rougeur du visage et de certaines céphalées et tend à abaisser la pression artérielle. En cas de choc anaphylactique, il y a libération de beaucoup d'histamine, à l'origine d'un collapsus par piégeage du sang dans des vaisseaux dilatés. L'augmentation de la perméabilité capillaire, responsable de la réaction œdémateuse, provient de l'ouverture des sphincters précapillaires et de la dilatation capillaire aggravée par la contraction des veines efférentes.
  3. par effet central, une augmentation de la vigilance : l'inhibition de cet effet stimulant par les antihistaminiques H1 qui traversent la barrière hémato-encéphalique explique leur effet sédatif.

Effets H2

La stimulation des récepteurs H2 qui agissent par l'intermédiaire de l'AMP cyclique entraîne :

  1. une augmentation de la sécrétion gastrique d'acide chlorhydrique qui peut être considérée comme le principal effet H2. La stimulation de la sécrétion de HCl par l'histamine met en jeu une cascade de réactions : stimulation du récepteur H2, activation de l'adénylcyclase, augmentation de l'AMPc qui module l'activité des protéines kinases, qui elles-mêmes interviennent sur la H+/K+-ATPase, responsable de l'excrétion de protons dans le liquide gastrique.
  2. une stimulation cardiaque : effets inotrope et chronotrope positifs.
  3. une vasodilatation : la stimulation des récepteurs H1 et H2 entraîne une vasodilatation, mais l'effet vasodilatateur H2 est plus lent à s'établir et plus durable que l'effet H1.
  4. un effet bronchodilatateur faible.
  5. une inhibition possible de la libération de prolactine.

Effets de l'Histamine


H1 (par stimulation de la phospholipase C)

H2 (par stimulation de l'adényl cyclase)

Cœur

Ralentissement de la conduction auriculo-ventriculaire

Inotrope positif
Chronotrope positif (effet sinusal)

Vaisseaux

Dilatation (rapide et fugace)
Coronaires :
constriction.

Dilatation (retardée et durable)
Coronaires :
dilatation.

Fibres lisses

Contraction

Relâchement

Sécrétion
gastrique


Augmentation de la sécrétion de HCl

Allergie

Augmentation de la perméabilité capillaire

Effet immunorégulateur probable

Système nerveux central

Stimulation de la vigilance
Diminution de l'appétit

Hyperpolarisation cellulaire

Principaux effets H1 et H2 de l'histamine

Effets H3 et H4

Il existe des récepteurs de l'histamine de type H3, à localisation essentiellement présynaptiques, et, plus récemment décrits, de type H4.

  • La stimulation des récepteurs présynaptiques H3 réduit la libération d'histamine au niveau du système nerveux central et périphérique.
  • Le rôle de l'histamine dans les réactions immunitaires n'est pas bien défini. Son rôle comme messager intracellulaire reste aussi à préciser. Elle pourrait intervenir dans la croissance cellulaire.

Histaminomimétiques

Le seul agoniste histaminergique commercialisé aujourd'hui est la bétahistine qui est un faible agoniste H1 utilisé pour ses propriétés vasodilatatrices dans le traitement des syndromes de Ménière (vertiges, acouphènes, surdité). La bétahistine est aussi un agoniste H3 qui pourrait diminuer la libération d'histamine au niveau des synapses histaminergiques du système nerveux central.

Bétahistine

SERC* Cp 8 mg

Le bétazole est un agoniste H2, utilisé comme réactif pharmacologique, non commercialisé en tant que médicament.

Un certain nombre de substances, y compris de médicaments, (voir Activateurs de la libération) peuvent provoquer une libération d'histamine endogène pouvant être à l'origine de manifestations pathologiques : sensation de chaleur, céphalée, tachycardie, hypotension artérielle. Ces substances sont des histamino-libérateurs.


Sommaire de ce chapitre :






Extrait de "Les médicaments" 3ème édition -
avec mise à jour Août 2008 par P. Allain

A vous
Session utilisateur
 Inscription
 Connexion
Recevoir la lettre d'info

Suivre Pharmacorama

flux RSS
Twitter
Facebook
Google+


Discuter sur Pharmacorama

Aider Pharmacorama

Partager Pharmacorama
Ajouter aux favoris / Partager

Evaluer cette page
Pub



   
Le contenu de ce site est copyright © 2000-2014 CdM Editions / . Tous droits réservés
Charte de pharmacorama.com
webmaster@pharmacorama.com
Votre publicité sur ce site