Amphotéricine B ou itraconazole

Un essai clinique publié dans le NEJM du 15 juin 2017 montre que chez des malades VIH positifs et présentant une infection mycosique due à Talaromyces marneffei la mortalité à 6 mois a été de 11 % chez ceux qui avaient été traités pendant les 15 premiers jours par l’amphotéricine B déoxycholate injectable (puis itraconazole par voie orale) et de 21 % chez ceux qui avaient été traité seulement par itraconazole. Les auteurs concluent que l’amphotéricine B est supérieure à l’itraconazole pour traiter cette infection à Talaromyces marneffei présente en Chine et en Inde, notamment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *