Effets au long cours des IPDE5 (médicaments de la dysfonction érectile)

Dans un article publié dans HEART  Online first le 22 mars 2017, les auteurs ont comparé chez des hommes ayant eu un infarctus du myocarde n’ayant pas nécessité de revascularisation, la mortalité  et la survenue de différents accidents cardiovasculaires, chez ceux  qui avaient eu recours aux médicaments de la dysfonction érectile,  inhibiteurs des phosphodiestérases de type 5, IPDE5, sildénafil, tadalafif ou vardénafil ou localement à l’alprostadil et chez ceux qui n’ avaient pas eu recours à ces médicaments.

Sur une durée d’observation de plus de 3 ans les auteurs ont observé une franche réduction de la mortalité toutes causes confondue, 34 %, et une diminution  du développement d’une insuffisance cardiaque chez ceux qui avaient pris des IPDE5, mais pas chez ceux qui avaient utilisé l’alprostadil ni chez ceux qui n’avaient pris aucun de ces médicaments.

Ces résultats laissent perplexes, l’âge moyen des groupes était différent, les modalités d’utilisation des médicaments du dysfonctionnement érectile n’a pas été bien précisé et puis il existe des résultats contradictoires dans la littérature.Est-il nécessaire d’avoir un antécédent d’infarctus du myocarde?

Je crois que pour le moment, en attendant confirmation ou infirmation, il est faut suivre les informations données dans les RCP du sildénafil, du tadalafil et du vardénafil ( l’avanafil, Spédra*, n’a pas été testé dans l’étude analysée). Je signale de plus que les effets indésirables signalés pour les IPDE5 concernent le court terme et non le long terme comme dans le cas de l’étude analysée.  

Pour en savoir plus voir IPDE5, alprostadil.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *