Bêta-2 mimétiques (bêta-2 stimulants) à longue durée d’action et asthme

Une note de la FDA, datée du 18 février 2010,  apporte des restrictions à l’utilisation des bêta-2 mimétiques à longue durée d’action dans le traitement de l’asthme. Ces bêta-2 stimulants à action prolongée, BSAP, sont désignés en anglais par LABA, Long-Acting Beta Agonists.

Ces restrictions sont les suivantes :

  • Les BSAP ne doivent pas être utilisés seuls dans le traitement de l’asthme, il faut leur associer un autre médicament, notamment un corticostéroïde inhalé.
  • Les BSAPne doivent être utilisés que pendant la plus courte durée possible et arrêtés dès que l’amélioration souhaitée a été obtenue.
  • Chez les enfants et les adolescents qui nécessitent le recours à un BSAP il faut utiliser une présentation pharmaceutique associant BSAP et corticostéroïde.

Ces restrictions ne s’appliquent pas à l’utilisation des BSAP dans la bronchopneumopathie chronique obstructive, BPCO.

En France, les spécialités à base de BSAP seuls sont : le salmétérol, Serevent*, le formotérol, Foradil*, Asmelor Novolizer*, Formoair* et le bambutérol, Oxéol* comprimés. Pour plus d’informations, voir Agonistes Bêta-2 adrénergiques.

 Le NEJM du 3 mars 2010 vient de publier un article intitulé « Step-up therapy for children with uncontrolled asthma while receiving inhaled corticosteroids » qui compare chez des enfants et adolescents asthmatiques dont l’asthme n’est pas suffisamment contrôlé par une dose faible de corticoïde inhalé (100 microgrammes de fluticasone 2 fois par jour) 3 types de traitements intensifiés :

  • 250 microgrammes de fluticasone, 2 fois par jour
  • 100 microgrammes de fluticasone plus 50 microgrammes de LABA, salmétérol,  agoniste bêta-2 adrénergique, 2 fois par jour
  • 100 micogrammes de fluticasone 2 fois par jour plus 5 ou 10 mg d’un antagoniste des récepteurs des leucotriènes, montelukast, Singulair*.

Globalement, l’amélioration apportée par le traitement intensifié a été statistiquement plus importante avec le BSAP (bêta-2 mimétique, *) qu’avec l’antagoniste des leucotriènes (sauf chez les patients de race noire) et qu’avec la dose plus élevée de fluticasone ; mais il y avait  de grandes différences selon les individus et il n’est pas apparu de possibilité de prévoir lequel des 3 types de traitement convenait le mieux à un individu donné.

Ces résultats un peu contradictoires avec la note de la FDA montrent que pour chaque enfant ou adolescent ayant un asthme ne répondant pas suffisamment à une dose habituelle de corticoïde inhalé, il est nécessaire de chercher la meilleure solution par essais successifs bien conduits.

Voir les différents médicaments de l’asthme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *